Les salariés de PSA Aulnay vont interpeller François Hollande ce soir au Stade de France

Version imprimableVersion PDF
Communiqué de presse de la CGT PSA Aulnay
06/02/2013

 

Plusieurs centaines de salariés de PSA Aulnay entrent dans leur TROISIÈME SEMAINE de grève pour imposer à la direction de PSA de reprendre à zéro les négociations sur la base de leurs revendications contresignées par plus de 1 600 d’entre eux.

Pour la direction de PSA, il ne resterait plus qu’une seule réunion de négociation, le 12 février, et elle reste complètement sourde face aux revendications des salariés.

Après une campagne de calomnies et de mensonges hystérique, la direction de PSA est montée d’un cran pour tenter de briser la grève en entrant dans une politique de répression en menaçant de licenciement 6 militants actifs de la mobilisation.

Face à une telle obstination de la direction, et pour sortir de cette situation de blocage, les salariés en grève de PSA ont démarché les services de l’Élysée, il y a maintenant plusieurs jours.

Sans réponse de leur part, les salariés demandent désormais qu’une délégation soit reçue par le Président de la République.

Ils ont décidé de l’interpeller ce soir, en manifestant au Stade de France, à l’occasion du match France-Allemagne.

 

Rassemblement au Stade de France ce soir mercredi 6 février à 19h

 

La direction écrit un courrier d’intimidation et mensonger aux salariés en grève

Ce mardi 5 février, la direction a envoyé un courrier au domicile de chaque salarié en grève qui relève entre autre de l’intimidation et de la menace.

De plus, ce courrier comporte deux nouveaux mensonges :

1)    PSA aurait trouvé 3 500 solutions de reclassements pour 2 700 CDI sur PSA Aulnay. A qui la direction voudrait-elle faire avaler cette énormité. La réalité est tout autre : à part les mutations à internes (sans garantie de poste, ni de logement), seule la société ID Logistic s’est déclarée pour venir s’implanter sur le site d’Aulnay. Récemment, le PDG d’ID Logistic, a déclaré que lui seul serait maître des embauches et que les 540 emplois ne sont toujours pas réservés en priorité aux salariés de PSA.

2)    Les salariés bénéficieraient d’un dispositif financier de 24 mois nets pour un salarié ayant 10 ans d’ancienneté. Faux, archi faux. Les dernières négociations ont confirmé que les salariés ayant 10 ans d’ancienneté ne bénéficieront que de 2 mois d’ICL et de 9 mois de prime d’incitation.

Ce n’est pas part le mensonge et l’intimidation que la direction réussira à impressionner les salariés.

 

Jean-Pierre Mercier

DS CGT PSA Aulnay et DS Central adjoint CGT du groupe PSA