A l’occasion du Comité de Groupe Européen rassemblement des salariés de PSA.

Version imprimableVersion PDF
Communiqué de presse de la CGT PSA Aulnay
27/06/2012

 

A l’occasion du Comité de Groupe Européen

Rassemblement des salariés PSA et sous-traitants

Contre la casse de l’emploi !

A l’occasion de la réunion du Comité d’Entreprise Européen, les syndicats du site d’Aulnay organisent un rassemblement et appellent les salariés du groupe à se rassembler pour protester contre la casse de l’emploi et contre les projets de fermeture d’usines.

Rassemblement le 28 juin à partir de 10 H 30

devant le siège de PSA, 75 avenue de la Grande Armée, à Paris

  • Des délégations de toutes les usines PSA seront présentes
  • Des délégations de Opel Bochum, GM Strasbourg et PSA Madrid
  • En solidarité avec les salariés des usines menacées
  • Et pour exiger de PSA le maintien des emplois, l’attribution de nouveaux véhicules à Aulnay, Rennes, SevelNord et Madrid, l’attribution de nouvelles productions garanties aux sous-traitants menacés.
  • Commandé par la famille Peugeot et dévoilé  par la CGT il y a un an, le plan de M. Varin, PDG de PSA est une machine de guerre contre les salariés et l’emploi :
  • Il prévoit la fermeture de l’usine d’Aulnay, en 2014 et menace celle de Madrid.
  • Il réduit la production à SevelNord et soumet les salariés à un chantage scandaleux : « Le futur véhicule utilitaire K0 ne sera attribué à l’usine que si les salariés acceptent de renoncer à une partie des jours RTT, et se soumettent à une flexibilité aggravée avec un gel des salaires ».
  • A Sochaux, Belchamp, Velizy, La Garenne, le "plan de performance" s’est traduit par le renvoi de centaines de prestataires extérieurs (BEX).
  • Dans tous les sites PSA, le plan de départs GPEC, non remplacés, désorganise les services et alourdit les charges de travail.
  • L’alliance entre PSA et Général Motors aggrave cette situation :
  • Des programmes d’études sont stoppés.
  • Le projet de boite de vitesses DCT à Valenciennes est arrêté, sans doute enterré.
  • La fabrication du véhicule X8 (remplaçante de C5) à Rennes est gelée, sans doute transférée à GM.
  • Les deux groupes décident de se répartir les études et les productions, non pas dans une perspectives de développement de l’emploi, mais avec une logique de "chasse aux doublons", au détriment des salariés de PSA et d’OPEL.
  • Les politiques d’austérité menées dans toute l’Europe plombent le pouvoir d’achat des familles et les ventes de voitures.
  • Certains sites se retrouvent avec du chômage partiel à répétition. Des productions sont revues à la baisse, des équipes sont supprimées, avec, à chaque fois, le renvoi de centaines d’intérimaires.

Les uns sont privés de boulot alors que les autres croulent sous les charges de travail !

  • Les sous-traitants ne sont pas épargnés par la mise en concurrence entre fournisseurs et la délocalisation des productions.
  • De Manzoni-Bouchot à Honeywell, en passant par TRW, Trevest, Visteon, etc…, combien de salariés sont menacés de la fermeture de leur entreprise ?
  • Et qui restera fournisseur de l’alliance PSA / GM ?

 

 

Jean-Pierre MERCIER

Délégué Syndical Central adjoint CGT groupe PSA

Délégué syndical CGT PSA Aulnay