Les PSA Aulnay s'invitent à un colloque

Version imprimableVersion PDF

Par  le 10 avril 2013

 

Une centaine de salariés de l'usine PSA d'Aulnay se sont invités mercredi après-midi à un colloque organisé à Paris sur la santé au travail, espérant interpeller le ministre du Travail Michel Sapin, annoncé mais non présent, a constaté une journaliste de l'AFP.

C'était la deuxième action-surprise de la journée des ouvriers du site de Seine-Saint-Denis. Dans la matinée, ils avaient perturbé la réunion du Comité central d'entreprise au siège national de Pôle emploi pour expliquer qu'ils ne voulaient pas "finir ici" comme chômeur.

Mercredi après-midi, faute de rencontrer Michel Sapin, ils ont redit au directeur général du Travail Jean-Denis Combrexelle leur opposition à la fermeture de l'usine d'Aulnay, programmée en 2014.

"On est des ouvriers, pas des casseurs, les casseurs, ce sont les patrons", ont-ils lancé dans la salle du colloque dans le XVe arrondissement, avant de déployer une banderole sur l'estrade disant "non à la fermeture d'Aulnay".

"On a pris l'habitude de faire des actions-surprise. Cela fait 21 mois qu'on lutte, dont trois mois en grève. On a appris à s'organiser", a expliqué à l'AFP le délégué CGT Jean-Pierre Mercier.

"On voulait discuter avec Sapin, c'est étonnant, il n'est pas venu mais on aura d'autres occasions", a-t-il promis. M. Mercier a assuré qu'"à un moment, on l'aura les yeux dans les yeux pour lui dire ses quatre vérités". "On va s'en faire des ministres", a-t-il lancé.

Les salariés ont aussi une nouvelle fois réclamé la nomination d'un médiateur pour débloquer la situation à Aulnay.

M. Combrexelle a fait valoir que le cadre de ce colloque n'était pas approprié pour évoquer le dossier PSA.

Le colloque étant interrompu, les manifestants ont saisi l'occasion pour échanger avec la salle, qui réunissait des représentants de CHSCT (comité hygiène et sécurité), des experts en santé du travail et des responsables syndicaux.

Date de publication: 
10/04/2013