Les salariés de PSA Aulnay restent mobilisés

Version imprimableVersion PDF

Les salariés de PSA Aulnay restent mobilisés

Par Pauline Ducamp - Publié le

 

 

Ils étaient quelques centaines à se rassembler devant l’usine Citroën jeudi 31 mai, pour défendre le site, menacé de fermeture.

"Il va falloir se mobiliser pour les emplois". Le mot d’ordre lancé par le délégué syndical CGT  Jean-Pierre Mercier n’était pas fait pour rassurer sur le sort réservé à l’usine Citroën d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Si la direction de PSA n’a pas encore officiellement annoncé ce que deviendrait le site, tous les employés réunis jeudi 31 mai devant les portes, lors du changement d’équipe, sont convaincus d’une fermeture prochaine. "Ils ont prévu de l’annoncer au second semestre, après les élections, explique Erraai Larbi, délégué syndical CFDT. Tout est étudié et se concrétise de jour en jour, comme dans le document dévoilé il y a un an. Il faut nous mobiliser davantage !".
 
Rendez-vous fin juin

Organiser la mobilisation, c’était l’un des mots d’ordre du rassemblement de cet après-midi. D’abord face à la direction. Les syndicats ont appelé les ouvriers d’Aulnay-sous-Bois, mais aussi ceux des autres sites français, à se retrouver devant le siège de PSA le 27 juin, avenue de la Grande Armée à Paris. "Nous devons nous rassembler le même jour, au même endroit face à Peugeot !", a lancé Jean-Pierre Mercier.

Les salariés ont également demandé la tenue d’une réunion tripartite avec la direction de PSA et le gouvernement, une réunion promise par le candidat François Hollande il y a quelques semaines, s’il était élu. Sans nouvelle du nouveau gouvernement depuis le 06 mai, l’intersyndicale du site d’Aulnay a adressé lundi une lettre à l’Elysée. "Lors de cette réunion, nous demanderons un accord signé sur le maintien des emplois jusqu’en 2016 et l’attribution d’un nouveau véhicule à l’usine", précise Rolland Ruiz, conducteur d’installation robotique à PSA Aulnay.

Ce matin, un député PS a fait savoir aux syndicalistes que le gouvernement leur répondrait en début de semaine prochaine. L’intersyndicale estime avoir fait un pas en avant mais veut maintenir la pression. "Grâce à notre action, PSA Aulnay est l’un des trois dossiers chauds sur le bureau d’Arnaud Montebourg, se félicite Jean-Pierre Mercier, avant de tempérer. Mais pour avoir un signe, nous avons été obligés d’organiser une conférence de presse".

Date de publication: 
31/05/2012