En grève depuis huit semaines, les salariés de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois(Seine-Saint-Denis) multiplient les actions spectaculaires pour protester contre la fermeture de leur usine qui emploie 2 800 personnes, prévue en 2014. Vendredi 8 mars à Paris, ils ont occupé pendant plusieurs heures les locaux de l'UIMM, le patronat de la métallurgie. Son président, Frédéric Saint-Geours, est aussi le numéro 3 de PSA.

"On est là pour protester contre les licenciements, contre le refus de PSA de négocier et contre le refus du gouvernement de nommer un médiateur", a déclaré le leader CGT de l'usine, Jean-Pierre Mercier. Les manifestants demandaient "un CDI pour tous et une pré-retraite à 55 ans", a ajouté le syndicaliste.

Les ouvriers, qui scandaient "on est des ouvriers, pas des casseurs, les casseurs c'est les patrons", ont été délogés dans le calme par les forces de l'ordre. "Les patrons et le gouvernement doivent prendre au sérieux la situation d'Aulnay. Nous sommes déterminés. Nous voulons la garantie de l'emploi", a expliqué un salarié de l'usine, Mohammed Diyer.