Visite à Aulnay dans l’usine de PSA à moitié vide

Version imprimableVersion PDF

Usine PSA Peugeot-Citroën, Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Dans ce gigantesque site où sont produites les C3, ils étaient environ 300, il y a tout juste une semaine, massés derrière une banderole qui clamait : « Non à la fermeture de l’usine. » La direction venait de confirmer la suppression de 196 postes en 2012.

Philippe Varin, le PDG du groupe automobile, l’avait assuré l’été dernier : la fermeture d’Aulnay n’est « pas d’actualité ». 

Mais ici l’inquiétude est tenace. Car le site de 160 ha, tellement vaste que les délégués du personnel le parcourent à vélo, est déjà dépeuplé. Trois mille cent salariés, contre plus de 6000 il y a moins de dix ans. Et le visiteur qui pénètre dans l’un des trois grands ateliers découvre des bâtiments à moitié vides. A l’atelier montage, la vision est frappante : à gauche, des opérateurs s’affairent autour des carcasses de voitures qui défilent sur la ligne. A droite, des caisses de pièces détachées s’empilent à l’endroit où tournait, jusqu’en 2008, la deuxième chaîne de montage. Elle a été mise à l’arrêt dans le cadre du « compactage » de l’usine, censé améliorer la sécurité, et favoriser les économies.

La fabrication de la C3 s’arrêtera à l’horizon 2016. Et après ?

« C’est impressionnant, mais ce n’est en aucun cas un signe de mortalité, martèle une porte-parole du groupe. Le compactage touche tous nos sites de production en France. L’usine de Poissy est passée de 600000 à 500000 m2. Et, à Mulhouse (Haut-Rhin), l’espace libéré a permis d’accueillir une joint-venture avec BMW. Dans les années 1970, un site de production prenait beaucoup de place. Aujourd’hui, on pourrait caser quatre usines d’assemblage à Aulnay! »

Un tel projet ne semble pas précisément d’actualité. D’année en année, l’usine a vu sa production se réduire : en 2011, 137000 véhicules sont sortis de ses ateliers, contre plus de 400000 en 2004, à l’époque où trois modèles y étaient fabriqués. Que se passera-t-il après la C3, dont la production pourrait cesser à l’horizon 2016?

Rien ne laisse pour l’heure imaginer qu’Aulnay se verra confier la production d’un nouveau modèle. Trop tôt pour le dire, selon la direction. « Si c’était le cas, l’usine renforcerait déjà ses équipes, nuance un technicien. » Jean-Pierre Mercier, délégué central CGT, pronostique « le passage à une seule équipe en janvier 2013, pour une fermeture en janvier 2014 ».

En juin 2011, la CGT avait dévoilé une note interne au groupe qui envisageait la disparition de l’usine. Depuis, jamais la direction ne s’est engagée sur le maintien au-delà de 2014. « Il faut des garanties », estime le maire PS d’Aulnay, Gérard Ségura. L’élu se souvient de l’époque où l’usine faisait vivre les familles de la cité voisine de la Rose-des-Vents : « Si le site devait fermer, les conséquences seraient lourdes », juge-t-il.

Source: 
Date de publication: 
24/01/2012