Dans la presse

  • PSA Aulnay : nouvelle action coup de poing des salariés

    Le Parisien
    18/01/2013
    Près de 200 salariés de l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois ont pénétré, ce vendredi matin, dans l'enceinte de l'usine du groupe à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) pour protester contre la fermeture de leur usine. Les manifestants, partis vers 9h30 de l'usine d'Aulnay à bord de trois bus, ont réussi à s'infiltrer dans l'enceinte par un trou situé dans un mur extérieur de l'usine. « Toutes ces choses vont vous arriver dans la gueule, comme ça nous arrivé à nous. Nous c'est maintenant, vous ce sera après », a lancé Salah Keltoumi, responsable syndical CGT de l'usine d'Aulnay dont la fermeture est programmée en 2014.
  • Avec les grévistes de PSA, dans l'usine occupée d'Aulnay

    Le Nouvel Observateur
    17/01/2013
    L'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois est à l'arrêt. Peu après 11h, ce mercredi 16 janvier, des salariés grévistes, qui refusent les propositions de départ ou de reclassement présentées par la direction avant la fermeture du site prévue en 2014, traverse l'usine au cri de "Varin assassin". Ils jugent les propositions de la direction dérisoires : "Après 16 ans de boîte, il faudrait partir avec 14.000 euros brut. C'est tout ce qu'on vaut après avoir été cassé par leur usine. Ils veulent nous jeter sans rien", tempête un ouvrier.
  • Grève chez PSA à Aulnay-sous-Bois : production perturbée», selon la direction

    Le Parisien
    16/01/2013
    La grève se poursuit ce mercredi à l'usine PSA Peugeot-Citroën d'Aulnay-sous-Bois, (Seine-Saint-Denis), promise à la fermeture en 2014. Cette mobilisation démarre à la veille d'un nouveau rendez-vous de négociations sur les mesures d'accompagnement du plan social, prévu jeudi à Paris entre la direction du groupe automobile et les syndicats. Le débrayage a commencé mercredi dès l'arrivée de l'équipe du matin, à 6h46, à l'atelier ferrage, point de départ de la production. La chaîne de montage n'a donc pas pu démarrer.
  • Didier Porte refuse 340 000 € pour une pub Peugeot

    Le Parisien
    10/01/2013
    Celui qui s'était fait licencier de France Inter en 2010 (il a gagné son procès face à la radio pour licenciement abusif en avril 2012) s'insurge de la très juteuse proposition offerte par la marque au lion pour devenir la voix de sa prochaine campagne radio. «C'est la première fois que je reçois une telle offre de service, mais je sais déjà quelle sera ma réponse. Pas question pour moi, par principe, de collaborer à cette odieuse entreprise de décervelage collectif (pour faire court) que constitue la publicité. Pour qui me prend-on, sapristi ? ! Par la moustache de la mère Denis, je ne suis pas l'ami Ricoré !», écrit-il.
  • PSA: Ayrault "comprend" les "tensions", veut la poursuite du dialogue

    AFP
    13/12/2012
    Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a déclaré mercredi qu'il "comprenait" les "tensions" et les "inquiétudes" au sein du groupe PSA et demandé que le dialogue entre partenaires sociaux "se poursuive" après les dégradations survenues à Poissy (Yvelines). "Nous sommes face à une situation très difficile. Aujourd'hui nul n'ignore, et les salariés de ce groupe les premiers, que l'industrie automobile, et particulièrement PSA, connaît de très graves difficultés, qui sont préoccupantes pour l'avenir, en termes d'emplois d'abord", a-t-il dit, interrogé par BFMTV depuis le Maroc où il est en visite jusqu'à jeudi.
  • Grogne des PSA à l’usine et au congrès des maires.

    Le Parisien
    23/11/2012

     

    Grogne des PSA à l’usine et

    au congrès des maires.

    GWENAEL BOURDON | Publié le 23.11.2012, 07h00

    AULNAY-SOUS-BOIS.

     

    Comme en juillet dernier, des salariés et des délégués syndicaux ont manifesté hier pour défendre leurs emplois

  • Le congrès des maires de France envahi par les salariés d’Aulnay

    L'Humanité
    22/11/2012

     

    Le congrès des maires de France

    envahi par les salariés d’Aulnay

     

    Une centaine de salariés du site de PSA à Aulnay-sous-bois, dont la fermeture est programmée pour 2014, ont envahi ce jeudi la salle où se tenait le congrès des maires de France. Ils ont interrompu le discours à la tribune de la ministre Marylise Lebranchu.

  • Pourquoi il ne faut pas laisser tuer PSA Aulnay

    L'Humanité Dimanche
    15/11/2012
    La C3 marche du feu de dieu et pourtant PSA veut liquider l'usine phare qui la construit. Accepter cette fermeture, c'est valider le saut dans une société dite "compétitive", dont les conséquences seront lourdes pour les salariés. "Il faut suspendre immédiatement les licenciements et la destruction d'Aulnay", réclame notamment Hervé Bramy, responsable du PCF 93.
  • Ouverture de négociations sur le plan social d'Aulnay et Rennes en novembre

    L'Humanité
    26/10/2012
    C'est un premier succès pour les syndicats de PSA Peugeot-Citroën. Ceux-ci sont parvenus à imposer ce jeudi que la direction du groupe automobile ouvre des négociations sur les conditions de l'ensemble du plan social annoncé à Aulnay et Rennes,, dans le cadre de son plan de restructuration qui prévoit plus de 8.000 suppressions d'emploi et la fermeture du site de Seine-Saint-Denis. Ces négociations débuteront le 7 novembre.
  • PSA : les syndicats attendent plus que "des grands discours"

    Le Nouvel Observateur
    26/10/2012
    Après leur "petite victoire" lors du Comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire de PSA, jeudi 25 octobre, les représentants des salariés comptent bien maintenir la pression lors de la réunion tripartite gouvernement-direction-syndicat organisée à Bercy par Arnaud Montebourg. Dans la matinée, la direction du constructeur automobile a effectivement accepté d'ouvrir les négociations sur le plan social, suspendant son projet de mutations internes. En revanche, Philippe Varin, président du groupe, a aussi confirmé la nécessité du plan de restructuration ainsi que sa décision de fermer l'usine d'Aulnay-sous-Bois.

Pages