Bilan manifestation du 20 septembre

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT PSA Aulnay
24/09/2012

Jeudi 20 septembre : Une mobilisation réussie

A partir de 13 h, l’usine était quasi à l’arrêt (75 C3 fabriqués sur l’équipe d’après- midi, et encore dans quel état !). Nous avons réussi à nous retrouver en manifestation à Paris, à plus de 600 malgré l’arrêt du RER B. Cela a découragé une partie d’entre nous, mais cela a montré aussi la grande détermination d’au moins 600 travailleurs qui coûte que coûte ont tenu à aller à Paris.

Et c’est parce que nous avons voté en Assemblée Générale d’aller en manifestation à l’Elysée qu’ Hollande a dû nous recevoir.

Un petit pas en avant

Hollande, nous l’avons vu, ne fait pas preuve d’un grand courage pour s’opposer à la famille Peugeot. Il renonce à s’opposer à la fermeture d’Aulnay et au blocage du plan Varin de licenciement (PSE). Si ce courage lui manque, nous ce n’est pas ce qui nous manque pour nous opposer à la famille Peugeot.

Mais ce qui était encore refusé la veille a été obtenu : des réunions tripartites (gouvernement,  direction,  syndicats d’Aulnay).

Tout reste à faire

La première réunion tripartite serait pour mi-octobre.  Pourquoi si tard ? Si leur but est de nous contraindre à discuter dans un calendrier serré avec la menace du plan de licenciement. Nous les prévenons tout de suite : nous prendrons le temps qu’il faut temps !

PSA dans ces réunions ne voudrait discuter que de la «reconversion du site » et en profiter  pour demander encore des subventions ! !  Alors que la Reconversion du site : c’est un enterrement de première classe. Cela veut dire arrêter les productions et mettre quelques  activités « industrielles » bidons pour mieux fermer Aulnay.

Il faut imposer notre ordre du jour aux réunions tripartites

Tout d’abord maintenir la revendication de l’arrêt du pan Varin et que ces réunions tripartites se fasse sur nos revendications et débouche sur un ACCORD garantissant par écris le maintien de l’emploi pour chacun. Pour cela, il faut augmenter la pression à travers les actions.

 

Notre principale force : nous adresser aux autres travailleurs

Ce que craint le gouvernement comme la direction de PSA,  c’est que les travailleurs d’Aulnay puissent entrainer d’autres travailleurs dans une lutte d’ensemble. Car ils savent bien que le mauvais coup qu’ils sont en train de nous faire n’est pas spécifique à Peugeot. Il n’y a pas un « cas Peugeot ».

Rien que sur le département 93, de très nombreux salariés vivent le même sort que nous. C’est pour cela qu’il est nécessaire, et qu’il est vital de s’adresser à eux.  Nous l’avons fait le 18 février en appelant à manifester à Aulnay, où nous nous sommes retrouvés à 2000.

C’est pourquoi, Samedi prochain, 29 septembre, à Aulnay un grand rassemblement de lutte est organisé des salariés du 93 en lutte contre les plans de licenciement.   

Prochaines Assemblées Générales d’équipe : jeudi 8h 30 et 16 h40 Montage PC10