Compte-rendu du CE du 30 novembre 2011

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT PSA Aulnay
06/12/2011

Compte-rendu du CE du 30 novembre

Comme lors des précédents CE, de nombreuses interventions des élus, notamment de la Cgt, ont eu lieu pour dénoncer les préparatifs de la direction en vue de la fermeture d’Aulnay. Sa seule préoccupation est de diminuer les effectifs. Pour la Cgt chaque départ en retraite, ou autres, doit être compensé par une embauche. Cela est possible puisqu’à Poissy, 578 intérimaires ont été embauchés en CDI, il devrait y en avoir 700 en tout.

Sur le site de Melun, du fait de l’action de 600 salariés au CCE du 15 novembre, PSA se sent obligée d’ajourner les licenciements secs. Elle se donne jusqu’au mois de mars pour proposer des solutions avec un GPEC « renforcé ») sans mettre un centime en plus (!).
Pour la Cgt, nous continuons à dénoncer ces licenciements déguisés.

Semaine 51 : que cherche la direction ?

PSA prétend que les ventes baissent, alors qu’on a travaillé le samedi 26 novembre et qu’à Poissy le chômage est annulé pour la C3 et deux samedis sont programmés en décembre.

Cela ne l’empêche pas de vouloir, arrêter les productions à Aulnay du 19 au 22 décembre et  de demander une indemnisation de chômage auprès de l’Etat (APLD), tout en voulant nous faire venir deux jours sur les quatre !

Pour les 325 travailleurs intérimaires, la situation est pire car sur les consignes de PSA leurs agences ne veulent pas les payer.

On viendrait travailler en étant payé par l’argent de nos impôts !!

Pour encaisser l’argent de l’Etat, la direction détourne la convention APDL. Sur les formations, il est écrit : «  L’Etablissement d’Aulnay propose à chaque salarié bénéficiaire de cette convention un entretien individuel en vue notamment d’examiner les actions de formation ou de bilan qui pourraient être engagées dans la période d’activité partielle. ».
 
Il n’y donc aucune obligation d’accepter des formations.

Surtout que ces stages SPP ne sont pas des Formations. Il s’agit d’entreprise de Com de la direction que la plupart d’entre nous ont déjà fait, et les RU seraient obligés de venir le samedi pour préparer ces stages bidons.  Pour les autres se seraient des chantiers tout aussi bidon ou du 5S, ce qui est encore moins prévu par l’APLD.  

Toutes les magouilles sont ouvertes. Au Ferrage les chefs vont voir les CIR pour leur demander de poser des jours de congé sur les jours que la direction a décrété en chômage !

Il est clair que cette convention APLD signée entre PSA et le Préfet ne lui permet absolument pas de nous imposer des stages. (rappelons que les syndicats ne signent jamais ce texte ; c’est uniquement entre la Direction et l’Etat)

CGT - FO - SIA - CFTC  on voté la motion  suivante : « Les élus du CE demandent que les actions de formations pour la semaine 51 soient laissées à l’approbation de chaque salarié, conformément  à la convention APLD, signée par la direction d’Aulnay et le Préfet de Seine-Saint-Denis ».  (CGC et SUD n’ont pas participé au vote)

Le 15 décembre à Paris, la direction centrale convoque de nouveau un CCE sur les suppressions d’emplois. Il faudra que les travailleurs de PSA continuent à dénoncer cette politique de casse de l’emploi pour les profits.