Non aux 6800 suppressions d’emplois dont 196 à Aulnay !

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT PSA Aulnay
10/01/2012

Au CCE du 20 décembre, à Paris, la direction a annoncé la répartition, usine par usine, des 1900 suppressions d’emplois dans la direction industrielle. Rappelons que son projet est de supprimer au total 6800 emplois en un an, l’équivalent de deux usines comme Aulnay.

 Encore 196 suppressions d’emplois à Aulnay

Pour Aulnay, 196 emplois seraient de nouveau supprimés (140 dans la fabrication et 56 dans les bureaux d’études) alors que nous venons de subir une véritable hémorragie : 330 salariés sont partis avec la GPEC dont 227 dans les métiers dit sensibles. Et 86 salariés sont en prêt sur d’autres sites.  Encore une fois tout le monde est menacé, de l’ouvrier à l’ingénieur.

Le 17 janvier, un CE extraordinaire sera convoqué à Aulnay

Dans ce CE, la direction donnera le détail de ses soi-disant sureffectifs, service par service. Cela devra être l’occasion de refuser cette casse des emplois.

Nous n’en connaissons que trop les premières conséquences : des dizaines et des dizaines de travailleurs se retrouvent sans poste de travail pendant que les autres sont surchargés. C’est pour cela qu’au Montage, les ouvriers de la MV3 ont débrayé dès le 5 janvier. Ils refusent le système des « renforts » sur les postes et veulent une vraie répartition du travail entre tous.

Mais nous savons tous aussi que par ces suppressions d’emplois, la direction cherche à vider l’usine pour fermer Aulnay. D’après le document de PSA dévoilé en juin, le passage en une seule équipe de travail est prévu dans un an, en janvier 2013 !

La direction applique méticuleusement son plan.

Pour pouvoir fermer Aulnay, il faut que PSA sature la production des autres sites.

C’est pour cela que la 208 (remplaçante de la 207 actuellement fabriquée à Poissy) sera produite aussi à Mulhouse en juin ;  et que la 308 faite à Mulhouse est envoyée à Sochaux. De cette manière Poissy sera en capacité de produire la totalité des C3. La conséquence c’est que les uns vont crever au boulot pendant que les autres crèveront au chômage.

 Refusons cette logique du profit

Les caisses de PSA et de la famille Peugeot sont pleines à craquer. Les ventes se maintiennent à un haut niveau (marché français en 2011 : 2,2 millions voitures vendues), et le travail peut être réparti sur toutes les usines sans aucune difficulté.

Déterminons ensemble la suite à donner à la lettre à Sarkozy

Le 15 décembre nous étions 400 travailleurs sur le parking d’Aulnay pour adresser publiquement une lettre à Sarkozy lui demandant de convoquer une réunion avec PSA, le gouvernement et les syndicats. Pour qu’un accord soit établi garantissant le maintien de tous les emplois chez PSA, notamment à Aulnay, avec la production de la C3 en deux équipes jusqu’en 2016. Cette lettre signée par SIA, CGT, FO, SUD, CFDT CFTC de l’usine a été envoyée à Sarkozy le 21 décembre. Une copie de cette lettre sera envoyée à Hollande.

Soyons encore plus nombreux à exiger une assurance écrite de nos emplois

Défendons notre emploi et notre salaire : c’est notre seul bien pour vivre