Non aux sanctions et au licenciement d’Abdallah

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT PSA Aulnay
11/06/2012

Une politique de provocations pour préparer la fermeture d’Aulnay

Devant la mobilisation sans relâche de plusieurs centaines de salariés d’Aulnay, la direction s’est lancée dans une politique de provocations. Elle convoque deux à trois ouvriers par semaines pour des sanctions avec des motifs scandaleux. Et elle va jusqu’à  convoquer Abdallah BAIH, Montage équipe B, mardi 12 juin à 8h30 en vue d’un licenciement pour « inaptitude» ! !

Menace de licenciement totalement illégale.

Abdallah, comme 648 travailleurs de cette usine, a des restrictions médicales et sous ce prétexte la direction refuse de lui donner un poste de travail adapté. C’est pourtant ce que prévoit la loi (L 1226-10) : l’emploi doit être maintenu, au besoin, par transformation de poste ou aménagement du temps de travail.

La direction d’Aulnay déjà condamné par la Justice

La dernière condamnation de PSA pour avoir licencié Jean Claude TEMMAR pour inaptitude date du 14 juin 2011,  par le Conseil des Prud’hommes de Bobigny.  

Pour Abdallah, les Délégués du Personnel n’ont même pas pu donner un avis étant donné que la direction ne donne aucune information valable sur les postes existants, et ne répond pas aux multiples propositions faites par les Délégués du Personnel ou du CHSCT.

Une politique d’écœurement de PSA  . . .

En clair, c’est la direction qui supprime systématiquement les postes de préparation pour rajouter du travail aux ouvriers en poste sur chaîne.  Elle fait coup double : les postes sont surchargés et des dizaines d’ouvriers se retrouvent sans travail, donc menacés.

Il s’agit pour la direction d’augmenter la pression en espérant obtenir que les salariés

s’auto-licencient avec la GPEC. Son dernier bilan (CE du 31 mai) montre qu’elle est en panne (heureusement) sur les 196 départs qu’elle voulait en janvier, il y en a eu 53 dont 26 en mutations et 27 départs extérieurs, dont 14 ont plus de 58 ans.

 

. . .  déjà mis en œuvre à l’usine de SevelNord : avec un plan « d’amélioration de la performance »  la direction veut dans un premier temps supprimer 800 emplois (sur 2700) par mutation, déclassement et une CENTAINE de travailleurs ont été déclarés INAPTES et licenciés ! Voilà où la direction veut en venir à Aulnay !

Le licenciement d’Abdallah est une tentative pour ensuite essayer d’en faire des dizaines d’autres derrière et préparer la fermeture de l’usine donc la perte de  notre emploi à tous !

Pour toutes ces raisons, la CGT appel à la grève mardi 12 juin Annulation immédiate de la procédure de licenciement d’Abdallah

Fin juin : rendez-vous avec MONTEBOURG

Pour l’instant, la lettre des syndicats d’Aulnay envoyé à F. Hollande demandant l’organisation d’une deuxième réunion tripartie (gouvernement, PSA, syndicats) est restée sans réponse. Par l’intermédiaire d’un communiqué du Maire d’Aulnay, le ministre du redressement productif,  MONTEBOURG, recevrait les syndicats (sans PSA) d’ici fin juin.

Toujours aucune date de prévue pour la réunion tripartite !