Non aux suppressions de postes pour nous faire travailler plus !

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT PSA Aulnay
16/01/2012

 

Demain mardi, la direction va détailler son plan de 196 suppression de postes, métier par métier : 140 en production et 56 dans les bureaux. Ce nouveau plan de suppression d’emplois est un pas de plus vers la fermeture du site. Ouvriers, ETAM, nous sommes tous concernés, c’est tous ensemble que nous devons nous y opposer !

L’objectif de la direction est clair : continuer à vider l’usine

pour préparer le passage en une équipe !

Plan de suppression d’emplois après plan de suppression d’emplois, le nombre de CDI a fortement diminué. Nous sommes aujourd’hui 3 100 CDI et un peu plus de 300 intérimaires.

Dans son document secret, la direction a prévu le passage en une équipe en janvier 2013.

La direction doit donc coute que coute diminuer le plus possible le nombre de CDI :

  • pression sur les salariés pour qu’ils acceptent un prêt soi disant provisoire.
  • pression pour un départ de moins en moins « volontaire ».
  • Pression sur les anciens ou les salariés handicapés ou avec restriction.
  • Départ en retraite non remplacé.
  • Pression sur les ouvriers professionnels pour qu’ils acceptent de prendre le travail des intérimaires ou des ouvriers de chaîne comme pour les ouvriers du démantèlement du Ferrage que la direction voudrait envoyer entre autre en cabine Peinture.

 

 Encore plus de travail pour ceux qui restent !

Dans tous les ateliers, Ferrage, Peinture, Montage, ceux qui partent ne sont pas remplacés. Pour chaque départ, c’est immédiatement du travail en plus pour ceux qui restent et les postes déjà surchargés deviennent intenables.

  • Au Montage : les ouvriers de la MV3 ont débrayé le 5 janvier contre une nouvelle répartition. Grâce à leur débrayage, ils ont pu regagner 1 des 2 postes supprimés.
  • HC5 : comme partout, le sous effectif permanant rends les postes de plus en plus durs.
  • HC3 : une nouvelle répartition est prévue avec augmentation de la charge de travail.

 

En novembre 2010 : on fabriquait 684 C3 par jour avec 3419 CDI

Aujourd’hui : on fabrique 703 C3 avec seulement 3100 CDI.

La direction voudrait le beurre et l’argent du beurre : vider le plus possible l’usine des CDI pour préparer le passage en une équipe et la fermeture de l’usine et nous faire travailler plus parce qu’elle a besoin de nous pour sortir ses voitures.

SIA-CGT-SUD-CFDT

vous appellent à débrayer mardi 17 janvier pour protester contre ce plan qui va nous faire travailler encore plus !

Rendez vous au Montage de 10h30 à la pause repas