Pour faire reculer PSA, il faudra qu'on s'y mette tous !

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT PSA Aulnay
03/05/2012

 SIA - CGT - CFDT

Pour faire reculer PSA,

il faudra qu’on s’y mette tous !

Une centaine de salariés de l’usine, soutenus par les syndicats SIA, CGT et CFDT ont décidé de se saisir de l’évènement très médiatisé du débat télévisé. Nous nous sommes rassemblés devant le studio afin de protester contre la décision de PSA de fermer l’usine après l’Election Présidentielle et d’interpeller les deux candidats.

Il aurait été dommage de laisser passer une telle occasion !

Pour assurer le succès de cette opération surprise, il était nécessaire de s’organiser le plus discrètement possible en essayant de ne pas éveiller l’attention de la direction et des forces de Police. C’est ce qui a été fait avec succès.

L’objectif était triple :

  • Protester et dénoncer à nouveau le plan de fermeture de l’usine devant tous les médias.
  • Interpeller publiquement les deux candidats à la Présidentielle
  • Obtenir des engagements et préparer le terrain pour l’après Présidentielle.

Après s’être rassemblés près du studio, nous avons demandé et obtenu qu’une délégation soit reçue par un représentant de chaque candidat. La délégation a rencontré deux députés du Parti socialiste (M. Le Foll et Mme Felippéti) et un conseiller de l’Elysée.

A chacun d’entre eux, il a été remis l’accord des salariés et des syndicats de PSA Aulnay de maintien de tous les emplois. Il leur a été demandé que le futur Président convoque très rapidement une réunion tripartite et que le futur Ministre de l’Industrie signe cet accord. Il a aussi été demandé quels engagements chaque candidat comptait prendre pour que PSA renonce à la fermeture de l’usine.

Nous avons obtenu des deux camps, l’engagement qu’une nouvelle réunion tripartite soit organisée très rapidement.

Au-delà de cette promesse, aucun autre engagement n’a été pris…

Avec cette action surprise, nous nous sommes mis en meilleure position face à PSA et au futur gouvernement :

  • Dénoncer devant des millions de téléspectateurs la fermeture programmée de l’usine.
  • Obtenir un engagement ferme qu’une réunion tripartite soit organisée très rapidement.

Mais tout cela ne remplacera pas la nécessité vitale de nous mobiliser bien plus largement pour faire reculer PSA 

et forcer le futur gouvernement à signer notre accord.