Proposition CGT pour maintenir tous les sites

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT du groupe PSA
13/11/2012

Jeudi 15 novembre négociation sur les

Départs anticipés pour les anciens

Mettez y votre poids

Pétition : Non aux licenciements, la préretraite à 55 ans et un CDI pour tous !

                   Groupe P.S.A

 

Proposition CGT pour maintenir tous les sites

2ème volet de l’expertise SECAFI

Le 6 novembre, l’expert du CCE a présenté la seconde partie de son rapport :

  1. Le rapport montre que les salaires PSA ne représentent que 8,5 % du prix des voitures. Les 8 000 suppressions d’emplois programmées (10 % de l’effectif) auraient un impact mineur  sur les prix, pour un coût social très lourd.
  2. La notion de « surcapacités », invoquée par la Direction, est liée à son objectif de faire tourner les usines à 115 % ! Pas de boulot pour les uns, trop pour les autres !
  3. Cherchez l’erreur : La Direction matraque Aulnay et Rennes alors que ce sont les 2 sites les plus proches des objectifs PSA d’ « usine excellente » !
  4. En plus des conséquences pour les salariés, la fermeture d’Aulnay couterait 250 millions € et plomberait les comptes de PSA jusqu’en 2017.
  5. Les prévisions de suppressions d’emplois à Rennes ne prennent pas en compte l’effectif nécessaire pour le renouvellement C5 en 2016.
    SECAFI estime que 360 emplois peuvent être préservés à ce titre et 150 autres en créant un pôle d’excellence R&D (Recherche et Développement) notamment pour l’emboutissage.

Proposition CGT : scénario 10

D’après les 9 scénarios inventés par la Direction, certaines usines (Sochaux, Vigo, Trnava) seraient surchargées alors que d’autres seraient soit fermée (Aulnay) soit en sous-activité (Mulhouse).  La CGT a élaboré un « scénario 10 », qui répartit les productions entre tous les sites, y compris Aulnay, en utilisant la possibilité de fabriquer des véhicules de segment C sur les 2 chaines de production de Mulhouse.

SECAFI va donc étudier ce « scénario 10 ».

La CGT défend ainsi le maintien de tous les sites, et une véritable stratégie industrielle à moyen et long terme. Nous espérons que les autres syndicats feront aussi des suggestions pour améliorer encore les propositions CGT.


Non aux licenciements :

Préretraite à 55 ans et CDI pour tous


Même si nous faisons prévaloir le « scénario 10 » et le maintien de tous les sites, nous savons qu’il sera difficile d’empêcher toute suppression d’emploi.

Les salariés d’Aulnay, réunis en assemblées générales, ont adopté leurs revendications en cas de suppressions d’emplois. Elles s’articulent autour du mot d’ordre : « La préretraite à 55 ans et un CDI pour tous ».

Préretraite pour nos anciens

Depuis plusieurs années, les préretraites sont officiellement bloquées par le gouvernement et un accord PSA. En réalité, chacun sait que les départs continuent, à la tête du client, et en obligeant les anciens à faire un congé de reclassement ou un projet personnel bidon. Les seniors se retrouvent à Pôle Emploi où ils restent à la merci d’une décision des ASSEDIC.

Il faut sortir de cette hypocrisie et permettre des départs à partir de 55 ans dans tout le groupe.

Voici la pyramide des âges au 31/12/2011 (depuis, certains sont partis mais d’autres ont atteint 55 ans) :

Age

Effectif total

dont ouvriers

55 ans

2 250

1 410

56 ans

2 350

1 450

57 ans

2 200

1 320

58 ans

1 700

1 010

59 ans

1 100

630

60 ans

550

310

61 et +

700

420

TOTAL

10 850

6 550

Des mesures d’âge à partir de 55 ans sont de nature à empêcher tout licenciement mais aussi à permettre l’embauche de prestataires et d’intérimaires en CDI sur certains sites.

CDI pour tous

Il s’agit, notamment pour les salariés d’Aulnay et de Rennes menacés de licenciement, de conserver leur contrat PSA jusqu’à ce qu’ils aient un CDI acceptable ailleurs.

C’est tout à fait faisable. C’est déjà ce qui est envisagé pour les salariés qui voudraient aller à la SNCF ou à la RATP : ils pourraient garder leur contrat PSA pendant leur formation à leur futur métier (chauffeur de bus ou de TGV, mécanicien …) et c’est seulement après validation de cette formation et au moment du transfert en CDI dans la nouvelle entreprise que le contrat PSA serait rompu.

C’est ce principe de sécurisation des parcours professionnels que la CGT veut généraliser.

A noter : nous ne pouvons pas ici détailler tous les autres points (montant des primes, garanties en cas de mobilité entre sites …) sans oublier l’amélioration de l’indemnisation APLD pour éviter l’amputation actuelle des paies à Rennes, Sochaux, ….


 UNE PETITION
SUR TOUT LE GROUPE PSA

Les négociations ne concernent pas seulement Aulnay ou Rennes mais l’ensemble des établissements du groupe PSA !

C’est pourquoi la CGT propose une mobilisation sur tous les sites de PSA.

Nous avons obtenu que la réunion du 15 novembre soit consacrée à la question des départs d’anciens.

La CGT demande à tous les salariés du groupe de mettre ensemble leur poids dans la balance.

Dans un premier temps, en signant massivement la pétition :

 Non aux licenciements ! La préretraite à 55 ans et un CDI, pour tous !

 Le 14 novembre contre les politiques d’austérité et pour l’emploi en Europe


Les politiques d’austérité menées par les gouvernements européens plombent le pouvoir d’achat et l’emploi. Les plans de licenciements se multiplient. Les services publics et la protection sociale sont mis à mal.

Dans tous les pays (Grèce, Espagne, Angleterre, …) les salariés et les peuples refusent d’être sacrifiés.

Après le succès de la journée d’action européenne du 9 octobre, la confédération européenne des syndicats appelle à une nouvelle journée de manifestations mercredi 14 novembre.

Mobilisation européenne

  • Espagne : grève générale à l’appel de l’UGT, des Commissions ouvrières (CCOO) et de l’USO.
  • Portugal : grève générale à l’appel de la CGTP.
  • Italie : 4 heures de grève à l’appel de la CGIL.
  • Grèce : après la grève générale des 6 et 7 novembre, l’ADEPY et la GSEE appellent à 3 heures de grève et à des manifestations.
  • Manifestations aussi en Allemagne, Angleterre, Belgique, Autriche, Pologne, Slovénie, Suisse, Bulgarie, Roumanie et République Tchèque.

Retour de la TVA anti-sociale

En France, le gouvernement poursuit dans la même logique infernale en voulant transférer 20 milliards € de fiscalité des entreprises vers les ménages, par l’augmentation de la TVA.

Avec des salaires à la traîne, l’augmentation de TVA entrainerait de nouvelles difficultés pour les familles, autant de consommation en moins, et de nouvelles raisons pour les entreprises de casser l’emploi sous prétexte de mévente ! Le cercle vicieux.

C’est de nos emplois

et de nos salaires dont il s’agit !

Mercredi 14 novembre

A l’appel de

CGT, CFDT, SUD, UNSA, FSU

Manifestation

à 14 H Montparnasse

Rendez-vous Porte 3 à 12h45

Départ en navette pour le RER