PSA MADRID : UN MENSONGE DE PLUS

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT PSA Aulnay
08/11/2011

Au CCE du 23 juin à Paris, à propos de Madrid, M. Martin, pour la direction

générale, promettait un nouveau véhicule pour 2014 et disait « C’est la priorité au

niveau du groupe. Nous trouvons les solutions et nous sommes en train de les

finaliser. Madrid est une usine compétitive ayant fait un gros travail de 

 transformation.

Mais dès la rentrée, le 5 septembre, la direction de Madrid convoquait les

syndicats espagnols et leur présentait un véritable plan de casse de l’usine de

Madrid.

Pour commencer, dans ce document, la direction déclare : « Il n’y a aucune affectation

de nouveau véhicule pour l’instant et nous continuons à discuter avec la Direction

 Centrale du Groupe ».

Ensuite le site est déclaré surdimensionné.  

Un dossier est déposé à la Direction Générale du Travail pour une demande d’aide, qui

s’appelle ERE,  qui est équivalent aux nombreux plans sociaux en France pour diminuer

 les effectifs, augmenter la productivité et les profits.

 

 

41 jours chômage sont annoncés (11 jours en 2011 et 31 jours en 2012)

 

Les cadences sont divisé par deux :

 

·        La cadence de 606 véhicules/jours est passé à 456 véhicules/jour jusqu’au 27

janvier 2012, en deux équipes, l’une à 40 véhicules/heure et l’autre à 20

 véhicules/heure.

·        Mais au 30 janvier 2012, il n’y aura plus qu’UNE SEULE EQUIPE à 40

véhicules/heure et la cadence journalière tombera de 456 à 304 véhicules !

 

Ainsi pour 2011, c’est 4 523 voitures en moins et pour 2012 ce sera 37 175 voitures

de moins. C’est dire que la prévision initiale de 100 456 voitures chutera à 58 758

voitures en 2012 soit presque la moitié moins.

·        Annonce d’un  sureffectif de 383 travailleurs

 

·         sur une usine de 2728 travailleurs, 1937 salariés

 

seront touchés en 2012, avec des suspensions temporaires de leurs contrats de travail 

  par rotation : 3 mois pour les ouvriers et 6 mois pour ETAM.  Ces 383 salariés (341

ouvriers et 42 ETAM) seront au chômage en rotation parmi les 1937 travailleurs.

 

·        Tous les contrats en intérim et en CDD ne seront pas renouvelés.

 

 

 

En conclusion

 

Après les déclarations de la Direction Générale qui se voulaient rassurantes du mois de

juin, c’est l’inverse qui est fait et les attaques s’accélèrent contre nos camarades de

 Madrid.

Partout c’est les mêmes mensonges, les même méthodes : la technique c’est de ne jamais

 dire la vérité, de laisser croire que cela peut s’arranger (laisser un petit espoir) tout cela dans le but de décourager les travailleurs de s’organiser de se défendre.

 

Il n’y a pas de frontières pour les patrons. Ils mènent partout le même combat,

pour leur fric et dans ce cas pour le grand bien de la famille Peugeot. Il faut que

nous ayons, nous aussi un plan, un plan de lutte et la rage de vaincre.

Madrid, Sevelnord, Aulnay c’est les mêmes attaques, c’est la même lutte