Un CDI pour tous ou une préretraite à 55 ans !

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT PSA Aulnay
18/11/2012

Préretraite : OUI

Licenciement : NON 

                      

A la deuxième réunion de négociation du 15 novembre, la direction a refusé d’élargir les délégations à 6 au lieu de 4 et a refusé qu’il y ait un accord spécifique pour Aulnay et Rennes. C’est pourtant dans ces 2 usines que la direction nous menace de licenciement (PSE).
Pour la CGT ces deux revendications restent essentielles. On ne peut pas prendre les mêmes mesures si le départ est au volontariat ou si on est licencié !

 

Il faut une pré-retraite à 55 ans !

La proposition de la direction est dérisoire : un passage en congé de reclassement 18 mois avant la date d’ouverture du droit à la retraite à taux plein. Et en plus, la direction pourrait pendant ce congé nous imposer de revenir travailler pendant 6 mois !

De fait, c’est moins que les départs qui se sont faits ces dernières années sous le manteau ou non (aux ASSEDICS), qui pouvaient aller jusqu’à trois ans.

Cela ferait donc un départ à 60 ans et demi (!) dans le meilleur des cas, car beaucoup d’entre nous n’ont pas le taux plein à 62 ans (166 trimestres). Pour celui qui a son taux plein à 65 ans, il partirait à 63 ans et demi !

Le paiement proposé est lui aussi insuffisant : après le préavis à 100%  (2 mois pour les ouvriers, 3 mois pour les TAM, 6 mois pour les Cadres), ce congé serait payé à 65 % du brut (80 % du net) moins les primes d‘équipe. Et la prime serait celle de la GPEC.

Encore une fois, il ne s’agit pas d’un volontariat, notre rémunération doit rester à 100 %. Et les Assemblées Générales de vendredi 16, ont voté la revendication de l’indemnité de départ à 60 000 €.

Les anciens veulent partir, les jeunes veulent garder leur emploi

Les départs anticipés ne seraient applicables qu’à Aulnay et Rennes. D’après l’aveu même de la direction cela ne concernerait que 300 salariés sur les 1 700 salariés de 55 ans et plus de Rennes (1100) et Aulnay (640). Autant dire que cela ne règlerait rien.

Plus il y aura de préretraités, moins il y aura de licenciements, et plus il y aura de possibilités de reclassement interne. Sans oublier qu’aucun patron ne veut embaucher un salarié de 55 ans et plus !

Il y a 11 000 salariés dans le groupe de 55 ans et plus. Donc avec une vraie préretraite à partir de 55 ans, il n’y aurait plus aucune raison de nous menacer de licenciement et il faudrait même embaucher. Alors il faut que les mesures d’âge concernent tout le groupe.

La direction a été obligée de rappeler que la loi prévoit bien la possibilité
d’une pré-retraite d’entreprise dite « maison », sur le groupe ou même sur une usine

Et que la direction ne vienne pas nous dire que cela coute cher. Sinon il y a une solution simple : elle renonce à fermer Aulnay et nous on garde notre travail. Pour la CGT, la première des revendications reste de produire à Aulnay les C3 jusqu’à la fin de sa commercialisation, tant que PSA ne nous a pas trouvé un CDI acceptable ou une vraie préretraite.

Non à la division !

L’unité de tous les salariés reste la première des conditions pour faire reculer PSA. Nous ne devons pas nous diviser et nous devons parler d’une même voix face à la direction.

(La prochaine réunion de négociation aura lieu vendredi 23 novembre à Poissy)