Une déclaration de guerre à tous les salariés de PSA

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT PSA Aulnay
07/11/2011

Au comité de groupe du 26 octobre, la direction a annoncé un nouveau plan de

suppression d’emplois en Europe.  Cela vient confirmer les révélations sur le plan de secret de Varin pour fermer Aulnay, Sevelnord et Madrid.

Ü            1000 emplois CDI de production.

Ü            2500 emplois CDI hors production, principalement les bureaux d’études.

Ü            2500 emplois de prestataires BEX (bureaux d’études extérieurs).

Ü            800 emplois intérimaires avant la fin 2011, le chiffre 2012 n’est pas communiqué.

6800 emplois seraient rayés de la carte : L’équivalent de 2 usines de la taille d’Aulnay !

Les arguments de la direction sont toujours les mêmes : la compétitivité et la rentabilité. Alors que le chiffre d’affaire de PSA du 3ème trimestre est en hausse de 3,5 %.  

 Et de 7,7 % depuis de début de l’année par rapport au record de 2010 !

Pour la branche Automobile l’augmentation est de 4,4 % depuis janvier,  malgré les 45 000 véhicules perdus en septembre (du fait que PSA avait imposé à son

fournisseur de vis Agrati de se réorganiser en licenciant).   

De toute manière, même si du fait des crises financière à répétition, le marché venait  à reculer, il faudrait prendre sur les profits accumulés de PSA pour maintenir l’emploi.

Xavier Bertrand le ministre du travail, après Besson,  Fillon,  Sarkozi,  y a été de son petit commentaire sur France Inter «  l’emploi ne doit pas être une variable d’ajustement pour PSA ». Très bien et après ? Les déclarations du gouvernement doivent être suivies de fait. Et c’est à nous d’exiger qu’ils s’engagent au minimum par écrit dans un accord sur l’arrêt des licenciements et sur la non fermeture des usines !

Le 15 novembre : Comité Central d’Etablissement à Paris

Le 15 novembre la direction convoque un CCE extraordinaire  sur ce plan de suppression d’emplois. Il se tiendra à Paris avenue de la Grande Armée.
Nous devrons exiger : l’arrêt de cette hémorragie des emplois ; l’embauche en fixe les 10 000 intérimaires  sur le groupe, dont 350 à Aulnay ; la répartition du travail sur toutes les usines sans aucune fermeture.

Exigeons des garanties sur Aulnay

Discutons entre tous les salariés, ouvriers, professionnel, ETAM pour déterminer la meilleure manière d’obtenir la garantie écrite des emplois au-delà de 2014   

 

Mutuelle : la direction en échec remet le couvert au CCE du 15 novembre

Suite au succès de la pétition avec 14 000 signatures sur le groupe (1180 sur Aulnay) et des débrayages à Aulnay, Mulhouse, Saint-Ouen, Poissy, Tréméry, Charleville, aucun syndicat n’a osé signer l’accord à la date butoir du 28 octobre.

La direction aurait donc dû reconvoquer tous les syndicats pour renégocier l’accord. Au lieu de cela elle repousse de 15 jours la signature, au 15 novembre le jour de la réunion du CCE.

Alors continuons à nous faire entendre et à exiger une mutuelle non obligatoire et réellement financé par PSA qui en a largement les moyens.