Une étape de plus dans le plan de fermeture d'Aulnay.

Version imprimableVersion PDF
Tract de la CGT PSA Aulnay
26/09/2011

 

415 suppressions d’emplois programmées :

Une étape de plus dans le plan

de fermeture d’Aulnay

Suite aux déclarations de Varin dans la Presse, la direction a réuni le 22 septembre à Paris le Comité Central d’Entreprise (CCE). Denis MARTIN, DRH du groupe, a clairement annoncé qu’il allait continuer à s’en prendre aux salariés par du chômage, par des suppressions d’emplois et des licenciements. 

 

Sur le groupe : La direction voudrait supprimer 500 emplois en CDI et des centaines de  contrats d'intérim dans les 3 mois. (Il y a près de 8 000 intérimaires sur tout PSA, soit 10% de l’effectif). Et licencier les 180 salariés qui restent à Melun. Ce qui leur permettrait de fermer le site définitivement.

Le chômage concernerait principalement Aulnay.

Sur Aulnay d’ici la fin de l’année :

·        renvoi de 300 intérimaires sur les 350 de l’usine 

·        115 suppressions d'emplois en CDI,

·        De nombreuses journées de chômage

Cette nouvelle étape de l'application du plan de fermeture de l'usine confirme les propos de M. Varin affirmant qu'il n'y aura plus de production après janvier 2014 à Aulnay.

Comment vont-ils faire pour faire marcher cette usine avec 300 intérimaires en moins ?

Le but de la direction est clair : VIDER L’USINE le plus rapidement possible : intérimaires, CDD, travailleurs handicapés, professionnels (métier dit sensibles), anciens convoqués pour aller au chômage, externalisation du quai 15, PMS, etc.

Productions et ventes sont au plus haut depuis des années.

PSA a traversé la crise en s’enrichissant sur notre dos et ils ont le culot de nous demander encore de nouveaux sacrifices. Demander aux salariés de perdre leur travail alors qu’ils viennent de claquer 200 millions € en rachat d'action PSA.

Varin annonce fièrement avoir 11 milliards d’avance ! Avec cette même somme, PSA pourrait créer 16 usines de montage (le coût d’une ouverture d’usine est de 650 millions).

Tout cet argent serait mieux utilisé en maintenant les emplois plutôt que d'être mis dans la spéculation boursière.

La direction veut s’en prendre à nous un par un. Battons-nous tous ensemble pour défendre notre emploi, qu’on soit intérimaires, CDD ou CDI.

Chômage, comment serons-nous payés ?

Nous avons déjà fait 9 jours de chômage depuis la rentrée. Même si ces jours sont pris en APLD (payés en grande partie par l’Etat), il y a une perte de salaire du fait que la direction ne verse pas les indemnités. Multiplié par 9 jours et plus, ça commence à faire beaucoup.

Pour les intérimaires la situation est pire : Ils ne seraient payés qu’en fin de mission !

Pour la CGT, nous devons tous être payés intégralement sans aucune récupération, qu’on soit en CDI, CDD ou intérimaires. PSA est responsable à tous les niveaux, c’est à lui de payer.